Le petit matin de mourir - création 2023

LE PETIT MATIN DE MOURIR

De Sébastien Joanniez - Éditions Espaces 34

CRÉATION - 2023 De?s 14 ans

Mise en scène Nadège Coste - Chorégraphie Grégory Alliot - Interprétation Morgane Peters, Justin Pleutin, Stéphane Robles, Reda Brissel & Jean-Yann Verton - Scénographie Nadège Coste & Joanie Rancier - Création lumière Emmanuel Nourdin - Régie sonore Martin Poncet - Diffusion Nadia Godino - Administration Isabelle Sornette

Quatre jeunes sont enfermés avec un adulte dans un lieu sans nom. Au dehors le bruit du monde, et sa violence.

Casse-Tête, Nuit blanche, Pas plus, Res’pire doivent répondre à une question, lancinante, cruciale, qui leur est posée par l’Amiral. Leur survie en dépend.

Est-ce un jeu, un leurre, une fantaisie cruelle ?

Jetant le trouble, Sébastien Joanniez capte, par la langue de chaque personnage, l’essence de leur être, de leurs doutes, de leurs failles.

Il parle du monde d’aujourd’hui, de nos peurs, des lendemains incertains, dans un huis clos ponctué d’échappées poétiques.

|| COPRODUCTEURS || Sce?nes et Territoires - 54 || Le Point d’Eau - 67 || EPCC Metz en Sce?ne – 57
|| SOUTIEN || L’Espace Bernard-Marie Kolte?s – 
57

INTENTIONS

Comment expliquer que ce qu’il de?couvre n’est pas quelque chose d’épouvantable, n’est pas un cauchemar, n’est pas quelque chose dont il va se réveiller brusquement, quelque chose qu’il va chasser de son esprit, comment expliquer que c’est cela la vie, la vie réelle, que c’est cela qu’il y aura tous les jours, que c’est cela qui existe et rien d’autre, qu’il est inutile de croire à autre chose, que ce n’est même pas la peine d’essayer de déguiser cela, d’essayer d’affubler, que ce n’est même pas la peine d’essayer de croire à quelque chose qu’i y aurait derrière cela, ou au-dessous, ou au-dessous. Il y a cela et c’est tout.

W ou le souvenir d’enfance - Georges Perec

°°°°°°°°°°

Le petit matin de mourir est une pièce que j’ai découverte en même temps que les Éditions Espaces 34, il y a plus de dix ans.

Inspirée par l’œuvre de Georges Perec - W ou le Souvenir d’enfance, cette pie?ce propose dentrer dans un monde dépourvu de sensible, d’imaginaire dans lequel une sentence de mort énoncée à l’&gard dun enfant est acceptable.

Il s’agit d’une fable qui met en perspective les relations entre les jeunes et du rapport adulte / enfant, qui questionne la frontière de la jeunesse et de l’âge adulte, qui raconte combien limaginaire et le sensible sont les gages dun monde ouvert, lumineux.

Pour cesser de vivre dans cette obscurité, les personnages devront sacrifier lun dentre eux. Le principe est posé, il faut que le sacrifice survienne pour que ce monde change.

Nade?ge Coste Metteure en sce?ne

EXTRAITS

CASSE-TÊTE - Je suis un enfant sérieux.
AMIRAL - 
Je n’en doute pas.
CASSE-TÊTE - Je vais casser la tête de tout le monde.
AMIRAL - Bien sûr.
CASSE-TÊTE - Je vais prendre un marteau et je vais casser toutes les têtes. Comme ça. 

AMIRAL - Doucement.

...

CASSE-TÊTE - Faudra pas venir pleurer après.
AMIRAL - Après quoi ?
CASSE-TÊTE- Après casser les te?tes, faudra pas venir pleurer hein ?
AMIRAL - Qui ?
CASSE-TÊTE - Vous. Les autres, 
tout le monde. Quand je l’aurai fait ce que je pense, faudra pas chialer !
RES’PIRE Oh l’autr’...
CASSE-TÊTE - Parce que y’en a qui se plaignent toujours. Que le boulot c’est dur. Que la vie c’est dur. Que c’est toujours les mêmes qui ont l’argent. Que tout et tout. Eux c’est comme si on leur avait dit : «La vie vous allez voir le paradis !». Comme si on leur avait promis quelque chose.

...

CASSE-TÊTE - Mais moi on m’a rien raconté.
AMIRAL - Et ?
CASSE-TÊTE - Rien. C
’est pour dire, je vais le faire.
AMIRAL - Quand ?
CASSE-TÊTE - Demain. Après demain. Même si je suis un fantôme, même si je dois revenir du cimetière, je le ferai.
AMIRAL - Pourquoi ? Pourquoi tu veux si fort casser les têtes ?
CASSE-TÊTE - Comme c?a. Pour e?couter. Le bruit. Avec tous les os, et les idées là-dedans, ça résonne.

NUIT BLANCHE - Moi j’ai des idées qui font pas de bruit.
CASSE-TÊTE - Et tes os, ils font pas de bruit peut-être ?
NUIT BLANCHE - 
C’est pas une raison pour les casser.
CASSE-TÊTE - Je te casserai la tête en premier moi. Tu vas voir le bruit !
AMIRAL - Doucement.